JUBA, Sud-Soudan, 4 octobre 2020  /PRNewswire/ — Le gouvernement de transition soudanais a signé un accord de paix historique avec les dirigeants du Front révolutionnaire soudanais, selon le Conseil de souveraineté du pays.

Le vice-président du gouvernement de transition soudanais, le lieutenant-général  Mohamed Hamdan Dagolo, dit « Hemeti », qui a joué un rôle de premier plan dans les négociations, a qualifié l’accord de « moment de fierté pour le pays ».

L’accord de paix a été approuvé en principe en août et un intense processus de médiation a abouti à l’accord final qui a été signé par toutes les parties vendredi.

« Ce jour est un jour de fierté pour le Soudan. Toutes les parties se sont montrées déterminées, engagées et résolues dans nos efforts pour finaliser cet accord de paix. Les pourparlers ont été couronnés de succès parce que nous avons abordé les négociations comme des frères et non comme des ennemis », a déclaré Hemeti.

La médiation a été initiée et conduite par les Soudanais sans aucune intervention internationale.

« C’est une paix qui ne nous a pas été imposée. Il s’agit au contraire d’une paix dont le peuple soudanais est lui-même l’artisan », a-t-il relevé.

Le vice-président Hemeti est à la tête du processus de paix au Soudan dans le cadre des efforts déployés par ce pays pour parvenir à une paix durable après près de deux décennies de conflit.

« Nous devons tous nous rappeler que cette paix a été obtenue de haute lutte, qu’il a fallu beaucoup de temps pour y arriver. Il est vital que toutes les parties le reconnaissent et qu’ensemble, nous veillions à rester dans le cadre de l’accord », a déclaré le vice-président.

L’accord porte sur des questions clés concernant la sécurité, la propriété foncière, la justice transitionnelle, le partage du pouvoir et le retour des personnes qui ont quitté leurs maisons à cause des combats.

« Notre peuple ne peut pas se permettre de retomber dans un conflit déchirant. Il est temps d’aller de l’avant, de renforcer notre économie, d’améliorer la vie de nos citoyens et de travailler en collaboration plus étroite avec nos partenaires internationaux », a souligné M. Hemeti.

L’accord de paix prévoit également le démantèlement des forces rebelles et l’intégration de leurs combattants dans l’armée nationale.

Le vice-président Hemeti a appelé d’autres groupes armés à se joindre au processus de paix. « Nous avons encore du travail à faire. Tout le monde ne s’est pas encore impliqué dans le processus de paix. À Abdu Al Wahid Mohamed Al Nuor et aux autres membres du Mouvement de libération du Soudan, je dis : impliquons-nous, choisissons la paix et donnons à notre peuple la possibilité de guérir et de se développer », a-t-il déclaré.

SOURCE Sovereignty Council of Sudan

Source link

Author: admin